Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience et la qualité de nos services. En utilisant ce site, vous acceptez notre utilisation des cookies. Plus d'information Cacher

St.-Stefanuskerk

Besoin d'un hôtel?

Liens sponsorisés

Itinéraires dans les environs

Curiosités dans les environs

Contenu correspondant

Hôtels tout près

Restaurants tout près

Liens sponsorisés

🔎
Patrimoine
Genre d'emplacement: Patrimoine
Nombre de textes: 1
3 stars
Fabriqué par Wizpr.guide | Référence Wizpr.guide | © All rights reserved
Fabriqué par Wizpr.guide | © All rights reserved

L’histoire de l’église est bien documentée. Après sa restauration en 2008 un dossier illustré a été publié. 
La base de la tour est pré-romane et date du 11e siècle. Dans cette partie on a retrouvé des vieilles briques et quinze sortes de pierres naturelles. Une partie de ces trouvailles semble parvenir de matériau de récupération d’anciennes villas romaines de la région. Sur cette base a été construite en 1250 une composition romano-gothique.
En 1766 cette église a été remplacée par une nouvelle construction: une église en briques à une nef de style classique. Quelques années plus tard une flèche baroque de style autrichien y a été rajoutée. Etant donné l’accroissement de la population, cette église à nef unique a été agrandie d’un tiers en 1896. En 1932 deux nefs latérales lui ont été adjointes.
A l’intérieur l’attention se porte sur le maître-autel (1689) provenant de la cathédrale Saint-Paul de Liège.
Les deux médaillons en marbre blanc représentant les apôtres Pierre et Paul sont l’œuvre du célèbre sculpteur liégeois Jean Delcour. Les stalles du chœur datent du 18e siècle et proviennent de l’église Saint-Jean l’Evangéliste de Liège.
La Descente de Croix dans le chœur provient de l’atelier de Rubens. La lapidation de St Etienne, à droite dans le chœur, est l’oeuvre de Jean Detrixhe (1713).
Les deux autels latéraux, les deux confessionnaux et le banc de communion (actuellement intégrés dans l’autel et le pupitre) sont tous dus à Carl Weyskopf, maître-menuisier allemand du 18e siècle. La châsse-reliquaire en chêne date du 17e siècle. Les fonds baptismaux de style gothique primitifs (vers 1250) portent quatre têtes bien caractérisées et expressives. Le poisson sur le couvercle est un des symboles chrétiens les plus anciens.
L’aigle couronné sur le tabernacle renvoie au plus important mécène de l’église, la famille aristocrate de Brouckmans. 

Classifiez ce lieu d'intérêt
Lien vers un itinéraire

De plus amples informations

Réponses

Ajouter un commentaire