Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience et la qualité de nos services. En utilisant ce site, vous acceptez notre utilisation des cookies. Plus d'information Cacher

Le combat de coqs par Arthur Craco

Besoin d'un hôtel?

Liens sponsorisés

Itinéraires dans les environs

Curiosités dans les environs

Contenu correspondant

Hôtels tout près

Restaurants tout près

Liens sponsorisés

🔎
Culture
Genre d'emplacement: Culture
Adresse: 5300, Andenne, rue Charles Lapierre, 29
Nombre de textes: 1
3 stars
Fabriqué par Wizpr.guide | Référence iBeakon | © All rights reserved
Fabriqué par Wizpr.guide | © All rights reserved

Le combat de coqs

Arthur Craco naît en 1869 et meurt en 1955 en Belgique. Il débuta comme dessinateur et sculpteur puis, vers 1896, il se lancera dans l’art de la céramique.

Ses oeuvres furent présentées à de nombreuses expositions dont l’Exposition Universelle de Bruxelles en 1935 où il figura en bonne place.

Avant le dévut de la Première Guerre mondiale, il découvrit Andenne. Ce fût pour lui une révélation. Le potentiel des grands fours dont sont dotés les ateliers de céramiques industrielles l’a incité à développer une production artistique monumentale. C’est dans les ateliers d’Emile Losson et d’Edouard Daenen qu’il se passionnera pour le grès cérame. Son travail unique et extraordinaire de la terre nous amène à l’oeuvre du mois, “le Combat de coqs”. Cet ensemble tumultueux et dynamique est caractéristique de l’univers tourmenté de l’artiste. Un regard attentif peut déceler un travail de la matière sensible et emporté à la fois. Les émaux employés sont d’une grande variété de nuances et de couleurs. Sans nul doute, l’instant de flottement dans l’impétuosité du combat laisse tous visiteurs ébahis.

Arthur Craco ne s’est pas contenté de faire un seul exemplaire du “Combat de coqs”. Le musée possède, en effet, trois sculptures de couleurs et de tailles différentes. L’artiste explore également le thème du combat au travers de gravures, où il met également en scène des aigles et des faisans. Par le sujet du coq, Craco exprime probablement l’intérêt qu’il porte à l’identité wallonne qui se dessine à cette époque ainsi qu’à la lutte perpétuelle que requiert toute vie.

 

Noémie Lambin et Solange Mordant

Stagiaires en conservation et restauration de céramique

Institut supérieur Saint-Luc Liège

 

Classifiez ce lieu d'intérêt
Lien vers un itinéraire

De plus amples informations

Réponses

Ajouter un commentaire