Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience et la qualité de nos services. En utilisant ce site, vous acceptez notre utilisation des cookies. Plus d'information Cacher

Léon Philippot : La valse, les marabouts et le baiser

Besoin d'un hôtel?

Liens sponsorisés

Itinéraires dans les environs

Curiosités dans les environs

Contenu correspondant

Hôtels tout près

Restaurants tout près

Liens sponsorisés

🔎
Culture
Genre d'emplacement: Culture
Adresse: 5300, andenne, rue Charles Lapierre,29
Nombre de textes: 1
3 stars
Fabriqué par Wizpr.guide | Référence iBeakon | © All rights reserved
Fabriqué par Wizpr.guide | © All rights reserved

Léon Philippot : La valse, les marabouts et le baiser

Dans « La valse », au premier coup d’œil, on penserait avoir affaire aux circonvolutions de l’Art nouveau d’un Victor Horta. Si le regard se pose, on discerne alors deux figures schématiques esquissant un pas de danse. Les sujets animaliers sont aussi mis en œuvre par Philippot. Les oiseaux, dont les marabouts qui comptent parmi les animaux fétiches de l’Art déco, ont suscité son intérêt. La sculpture qu’il leur dédia possède d’ailleurs des accents sensiblement Art déco. Une version en plâtre est conservée au Musée. Aurait-elle été réalisée dans d’autres matériaux ? La question reste en suspens. Dans le « Baiser », deux colombes traitées schématiquement s’unissent dans le léger tumulte des circonvolutions de leur plumage.

Les sculptures de Philippot sont formellement dépouillées, élégantes, composées d’une harmonie de lignes angulaires et ondulantes en douceur. Un délicat mouvement épuré règne en maître. L’artiste joue étonnement sur les volumes, leur conférant un rythme de plein et de vide qui frôle l’abstraction.

Classifiez ce lieu d'intérêt
Lien vers un itinéraire

De plus amples informations

Réponses

Ajouter un commentaire