Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience et la qualité de nos services. En utilisant ce site, vous acceptez notre utilisation des cookies. Plus d'information Cacher

Immeuble, rue des Brasseurs, 170

Besoin d'un hôtel?

Liens sponsorisés

Itinéraires dans les environs

Curiosités dans les environs

Contenu correspondant

Hôtels tout près

Restaurants tout près

Liens sponsorisés

🔎
Patrimoine
Genre d'emplacement: Patrimoine
Nombre de textes: 2
3 stars
Fabriqué par Wizpr.guide | Référence Wizpr.guide | © All rights reserved
Fabriqué par Wizpr.guide | © All rights reserved

Le n° 135 est une construction traditionnelle où la pierre bleue et les décors qu’elle autorise prennent le pas sur la brique. Cet usage particulier quadrille la façade de cordons horizontaux et verticaux, arrondis par endroits. De nombreux cartouches occupent les espaces ainsi délimités, parmi lesquels se détachent ceux qui portent le millésime 1713. Comme souvent, les fenêtres du premier niveau, jadis à croisée, ont été modifiées au fil du temps. Elles ont toutefois été rendues à leur état d’origine lors de la restauration d’ensemble de l’immeuble. La façade arrière est plus simple et plus traditionnelle. Elle est éclairée par de grandes baies à 12 et 8 jours.
Monument classé le 28 mai 1973

Classifiez ce lieu d'intérêt
Lien vers un itinéraire

De plus amples informations

Fabriqué par Wizpr.guide | Référence Wizpr.guide | © All rights reserved
Fabriqué par Wizpr.guide | © All rights reserved

L’ancien hôtel Baré, du nom de son commanditaire, un certain Martin Baré, dessinait jadis un L, une disposition encore visible malgré l’adjonction au XIXe-XXe siècle de bâtiments refermant la cour intérieure. La façade principale, relativement simple avec ses deux niveaux en briques et pierre bleue, a été entièrement refaite en style classique en 1770, date inscrite sur la clé réinsérée dans le portail en plein cintre. Réparties en six travées, les fenêtres sont caractérisées par des montants à queues de pierre et des linteaux bombés. Une corniche, également de pierre, supporte la toiture, percée de lucarnes à croupes. Côté cour, la façade arrière et l’aile gauche présentent un état qui remonte aux années 1740-1750. Toutes deux badigeonnées, elles disposent de fenêtres à linteau droit. L’immeuble a connu une restauration au tournant des années 1970-1980.
Monument classé le 4 novembre 1977

Classifiez ce lieu d'intérêt
Lien vers un itinéraire

De plus amples informations

Réponses

Ajouter un commentaire