Willem Vandenameele

Willem Vandenameele

AccueilItinérairesLieux d'intérêt

Chapelle Vijverbeek

Chapelle

BE |

Publique | AnglaisNéerlandais

Source: Willem Vandenameele

Chapelle rectangulaire en brique sous toit en ardoise. Partie supérieure blanche de la façade émoussée avec l'inscription "18 < > 74" sous texte illisible et croix; chapelle probablement construite en 1874 pour remplacer l'ancienne chapelle au moins à partir de la seconde moitié du XVIIIe siècle, sur le Ferrariskaart (1771-1778) marquée "C (hape)lle de la Vierge". Arc rond avec arche en brique grise; croix dans la clôture en fer forgé. Crucifix sur un autel métrique flanqué d'une statue en plâtre de Notre Dame avec l'Enfant à gauche et le Sacré-Coeur à droite. Arc en plein cintre dans les deux angles intérieurs biseautés dans lesquels se trouve la sculpture gauche de Sainte-Thérèse et Saint-Antoine, à droite de saint-Joseph.

Theresia van Lisieux est née le 2 janvier 1873. A l'âge de dix ans, elle tomba gravement malade jusqu' à ce que la statue de Marie sourit à son chevet le 13 mai, après quoi elle guérit complètement. Dès son plus jeune âge, elle sentait que c'était sa vocation de servir Dieu; elle était exceptionnellement pieuse, mais aussi connue pour sa volonté et son sens de l'humour. Elle décida de se joindre à l'ordre des Carmes Dechaussées de Lisieux (Normandie). La tuberculose a été diagnostiquée chez elle en 1896. Elle mourut de la maladie à l'âge de 24 ans et Theresia fut béatifiée le 29 avril 1923. Sa canonisation suit le 17 mai 1925. En 1997, Theresia, en tant que troisième femme de l'histoire, a été proclamée enseignante d'église par le pape Jean-Paul II. Une phrase bien connue d'elle est:"Je veux que les roses[= benedictions] pleuvent sur la terre". C'est pourquoi elle est représentée comme des carmélites tenant un crucifix et des roses contre la poitrine. Elle devint la marraine des missionnaires et de l'oeuvre missionnaire. Elle est également marraine de la France et de la Russie.
Aux abords de la ville de Lisieux, une immense basilique a été construite à l'honneur de Theresia, visitée par de nombreux pèlerins et touristes.

Le saint Antoine est représenté dans un calumet franciscain brun; il est orné de lis (virginité) et d'un livre sur lequel se trouve l'Enfant Jésus. L'histoire raconte que, alors qu'il était déjà sérieusement affaibli, on l'avait persuadé de se faire soigner sur la propriété d'un Comte ami, Tiso. Un soir, Tiso vit une lumière très vive briller à travers les fissures de la chambre d'Antoine. Craignant qu'il y ait eu un incendie, il ouvrit la porte. À son étonnement, il aperçut Antoine debout avec un enfant rayonnant sur le bras. La lumière brillante s'est détachée de cet enfant. Alors qu'un peu plus tard, tout redevenait normal, Antoine demanda à son ami de ne plus en parler à personne. C'était la promesse de Tiso, mais il croyait qu'il avait été écarté de cette promesse après la mort d'Antoine.
Il était de la capitale portugaise Lisbonne et semble être descendu de Godfried de Bouillon.
Légende avec l'âne:
Antoine vivait à l'époque où l'hérésie albigenzène s'était largement répandue. Les Albigènes ont nié la divinité du Christ. Contrairement à un leader des Albigeois, Antonius a choisi une façon très remarquable de convaincre l'homme. Il voulait parier que le cul des Albanais se montrerait respectueux de l'hôte où son maître n'aurait pas fait ça! Pour commencer, l'animal n' a plus été nourri pendant trois jours. La mangeoire était alors remplie jusqu'au bord. Maintenant, Antoine gardait l'animal comme hôte sacré. Il a laissé son bol derrière lui et est passé à travers les genoux pour montrer son respect.
auquel l'hérétique s'est en effet converti.

Plus sur ce lieu d'intérêt

Itinéraires à proximité

Canaux similaires

© 2006-2018 RouteYou - www.routeyou.com