Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience et la qualité de nos services. En utilisant ce site, vous acceptez notre utilisation des cookies. Plus d'information Cacher

Les Pavillons Français

Besoin d'un hôtel?

Liens sponsorisés

Itinéraires dans les environs

Curiosités dans les environs

Contenu correspondant

Hôtels tout près

Restaurants tout près

Liens sponsorisés

🔎
Architecturale plaats
Genre d'emplacement: Architecturale plaats
Adresse: 1000, Brussel, Notelaarstraat, 282
Nombre de textes: 1
5 stars
Fabriqué par Basiliek Koekelberg
Fabriqué par Basiliek Koekelberg

Le complexe à appartements du rue du Noyer 282, également dénommé « Les Pavillons Français », fut construit entre 1931 et 1934 selon les plans de Marcel Peeters de 1931.
Au milieu des années vingt, le logement en appartement devint très populaire parmi la riche bourgeoisie, et ce pour plusieurs raisons. Premièrement, un besoin de logements se fit sentir après la première guerre mondiale. Simultanément, les prix augmentaient et l’appartement devint moins coûteux que la maison unifamiliale. En plus, l’entretien d’un appartement étant plus facile, il nécessitait moins de personnel. Le logement constitué d’un seul étage, sans autres niveaux, était considéré comme un avantage, sans parler du confort qu’offraient les commodités modernes, comme l’eau chaude, le chauffage central et une cuisine fonctionnelle.
Lucien Kaisin et son fils Gerard Kaisin lancèrent le projet des Pavillons Français en 1930. Bien qu’il s’agisse également d’appartements de luxe, les ambitions des Pavillons Français étaient plus modestes que celles du Residence Palace. Certes, ils disposaient également de facilités communes pour la poste et les déchets, un restaurant (dont on ne sait d’ailleurs pas s’il a été mis en service tel quel) et des salles d’accueil au rez-de-chaussée permettant d’éviter de devoir recevoir les visiteurs dans le cadre privé. Cependant, le tout était plus sobre que dans le Residence Palace.

Classifiez ce lieu d'intérêt
Lien vers un itinéraire

Réponses

Ajouter un commentaire