Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience et la qualité de nos services. En utilisant ce site, vous acceptez notre utilisation des cookies. Plus d'information Cacher

Eglise Notre-Dame

Besoin d'un hôtel?

Liens sponsorisés

Itinéraires dans les environs

Curiosités dans les environs

Contenu correspondant

Hôtels tout près

Restaurants tout près

Liens sponsorisés

🔎
Patrimoine
Genre d'emplacement: Patrimoine
Nombre de textes: 1
3 stars
Fabriqué par Wizpr.guide | Référence Wizpr.guide | © All rights reserved
Fabriqué par Wizpr.guide | © All rights reserved

 
Remarquable édifice dont la partie la plus ancienne (seconde moitié du 12e siècle) est la tour carrée romane à quatre étages en pierre sablonneuse. Les parois de la tour sont remarquablement ornées d’arcades entrelacées.
Le vaisseau et le chœur sont gothiques, avec des éléments du 13e siècle. Admirez la belle rosace du chœur dont  les vitraux ont trait à la vie de Marie. D’importants travaux de restauration étaient indispensables après que les Gueux eurent mis le feu à l’église vers 1580.
La statue de Notre Dame à l’Enfant (16e ou 17e siècle) attira jadis des milliers de pèlerins à Herent. Elle était vénérée contre la cécité et les maladies des yeux. Il est exceptionnel de voir que les pieds de la Vierge reposent sur un croissant de lune. Cet élément permettrait de dater la statue.  En effet, en 1571 le Pape fit un appel pressant aux chrétiens européens de prier le rosaire pour soutenir les armées engagées contre les Turcs en Europe Centrale. La même année les chrétiens emportèrent la victoire et depuis, Marie fut reconnue « vainqueur du péril turc ».
Remarquez aussi les sculptures représentant les quatre évangélistes sur la cuve de la chaire de vérité en chêne (18e siècle). Les orgues restaurées en 1997, dues au facteur liégeois Robustelly, ont plus de deux siècles d’âge.
Le maître-autel de style néo-gothique date de 1908 et est en bronze doré. Il est un don des paroissiens. Sur le retable de gauche l’on reconnaît l’offrande d’Isaac par Abraham. Les portes du tabernacle sont décorées d’émaux et représentent à gauche les symboles de l’eucharistie (hostie et calice) et à droite un pélican nourrissant ses jeunes de son propre sang, symbole du Christ qui nourrit les chrétiens de son corps et de son sang (le sacrifice de la croix et de l’eucharistie).

Classifiez ce lieu d'intérêt
Lien vers un itinéraire

De plus amples informations

Réponses

Ajouter un commentaire