Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience et la qualité de nos services. En utilisant ce site, vous acceptez notre utilisation des cookies. Plus d'information Cacher

La léproserie des Grands Malades

Besoin d'un hôtel?

Liens sponsorisés

Itinéraires dans les environs

Curiosités dans les environs

Contenu correspondant

Hôtels tout près

Restaurants tout près

Liens sponsorisés

🔎
Patrimoine
Genre d'emplacement: Patrimoine
Nombre de textes: 1
3 stars
Fabriqué par Wizpr.guide | Référence Wizpr.guide | © All rights reserved
Fabriqué par Wizpr.guide | © All rights reserved

Si la date de fondation de cet hospice reste incertaine, il n’en demeure pas moins que sainte Yvette s’y retira à la fin du XIIe siècle. Celle-ci est à l’origine de travaux effectués vers 1220 qui ne sont pas sans rappeler l’église Saint-Mort.
Englobés dans des constructions modernes, dont un parking, les vestiges qui subsistent se composent d’une vaste salle de cinq travées de long, sans doute une catterie. Celle-ci est délimitée par deux murs-pignons montrant une double arcature aveugle au rez-de-chaussée et une série de baies également aveugles de part et d’autre d’une autre en plein cintre et murée. Deux galeries bordent ce volume central, dont une conserve son arcature aveugle au niveau d’un des murs-pignons. Ces galeries sont directement accessibles par des arcades en plein cintre reposant sur des piliers. Une des parois latérales montre encore le départ des baies de l’étage. L’ensemble est composé d’une maçonnerie en grand appareil de calcaire pour les parties basses et de moellons de grès pour les parties hautes.
D’autres bâtiments appartenant vraisemblablement à la léproserie ou à l’ancienne maison du prieur mais fortement remaniés au cours du temps, sont partiellement conservés aux abords de cette salle.
Classée comme monument le 27 novembre 1989

Classifiez ce lieu d'intérêt
Lien vers un itinéraire

De plus amples informations

Réponses

Ajouter un commentaire