Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience et la qualité de nos services. En utilisant ce site, vous acceptez notre utilisation des cookies. Plus d'information Cacher

Immeuble, rue Grandgagnage, 7

Besoin d'un hôtel?

Liens sponsorisés

Itinéraires dans les environs

Curiosités dans les environs

Contenu correspondant

Hôtels tout près

Restaurants tout près

Liens sponsorisés

🔎
Patrimoine
Genre d'emplacement: Patrimoine
Nombre de textes: 3
3 stars
Fabriqué par Wizpr.guide | Référence Wizpr.guide | © All rights reserved
Fabriqué par Wizpr.guide | © All rights reserved

Cette maison en briques et pierre bleue date du deuxième quart du XVIIIe siècle, bien que sa devanture commerciale en bois sise rue de Bruxelles, si reconnaissable, n’existe que depuis le début du XXe siècle. Les trois niveaux de cette façade sont clairement séparés par des cordons entre lesquels se détachent les baies jadis à croisée ou à meneau. Une corniche moulurée en pierre supporte une toiture à la Mansart.
Relativement profonde, la façade latérale cimentée, située rue Grandgagnage, comporte sept travées percées de baies aux linteaux variés. Deux portes perçaient jadis le rez-de-chaussée, avant que celle de gauche ne soit transformée en fenêtre.
Classé comme monument le 8 mai 1980
 

Classifiez ce lieu d'intérêt
Lien vers un itinéraire

De plus amples informations

Fabriqué par Wizpr.guide | Référence Wizpr.guide | © All rights reserved
Fabriqué par Wizpr.guide | © All rights reserved

Cet hôtel de maître, dit hôtel Huart, est dû à l’architecte-entrepreneur Hubert Pétiaux qui le bâtit pour lui-même durant la première moitié du XVIIIe siècle. La partie principale de la façade se compose de cinq travées semblables dont celle du centre se détache en très légère avancée. Cette dernière est occupée depuis le XIXe siècle par une porte à linteau droit et, à l’étage, par une porte-fenêtre à encadrement mouluré. Celle-ci s’ouvre sur un balcon, porté par des consoles à volutes.
Outre ces cinq travées, le bâtiment en inclut une supplémentaire à droite, sensiblement plus basse. Cette annexe cimentée, comprenant un porche et un étage, est souvent, de par son traitement, liée à l’immeuble voisin. Portant, les baies montrent une forte unité avec le n° 4 dont elle constitue clairement le prolongement.
Classé comme monument le 8 mai 1980 (n° 2b) et le 20 octobre 1978 (n° 4)
 
 

Classifiez ce lieu d'intérêt
Lien vers un itinéraire

De plus amples informations

Fabriqué par Wizpr.guide | Référence Wizpr.guide | © All rights reserved
Fabriqué par Wizpr.guide | © All rights reserved

Restauré par Roger Bastin à qui l’on doit de nombreux édifices du quartier universitaire namurois, le n°7 de cette rue est une maison classique de deux niveaux de la seconde moitié du XVIIIe siècle, en briques et pierre bleue. Ses six travées en façade se distinguent par la présence de fenêtres à linteau bombé à clé bordées de queues de pierre à mi-hauteur des piédroits. Le bâtiment disposait à l’origine de deux portes, l’une mise en valeur par des montants à refends répondant aux pilastres d’angle et traverse chantournée, l’autre plus simple, aujourd’hui transformée en fenêtre.
Classé comme monument le 29 décembre 1978
 

Classifiez ce lieu d'intérêt
Lien vers un itinéraire

De plus amples informations

Réponses

Ajouter un commentaire