Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience et la qualité de nos services. En utilisant ce site, vous acceptez notre utilisation des cookies. Plus d'information Cacher

Le château David de Lossy à Flawinne

Besoin d'un hôtel?

Liens sponsorisés

Itinéraires dans les environs

Curiosités dans les environs

Contenu correspondant

Hôtels tout près

Restaurants tout près

Liens sponsorisés

🔎
Patrimoine
Genre d'emplacement: Patrimoine
Nombre de textes: 1
3 stars
Fabriqué par Wizpr.guide | Référence Wizpr.guide | © All rights reserved
Fabriqué par Wizpr.guide | © All rights reserved

Installé sur un site hautement stratégique puisqu’il voit Louis XIV y diriger le siège de Namur de 1692, le château de Flawinne domine de sa silhouette classique un jardin à la française aménagé en terrasses. Propriété de la famille Hinslin jusqu’à la chute de l’Ancien Régime, il devient, vers 1900, la propriété du chevalier David de Lossy, nom sous lequel il est connu.
Construit au début du XVIIIe siècle en pierre bleue et briques blanchies, le château présente un volume principal de deux niveaux encadré de pavillons. Cet ensemble très sobre a connu de nombreux accroissements au XIXe siècle : une aile prolongeant à droite l’édifice original, une autre perpendiculaire à celui-ci ou des constructions adossées à l’arrière. Outre ces ajouts, des dépendances occupent l’angle oriental de la cour qui sépare le château de la ferme. Le centre de celle-ci est occupé par un puits surmonté d’une structure en ferronnerie du XIXe siècle.
Remontant au XVIIe siècle pour ses parties les plus anciennes, la ferme construite en moellons de calcaire enserre à son tour une cour pavée. On y discerne notamment un logis traditionnel du XVIIe siècle ainsi qu’une grange et des étables du XVIIIe siècle. Comme le château, la ferme a connu son lot de transformations durant les XIXe et XXe siècles.
Classé comme site (château et terrains environnants) le 15 octobre 1980

Classifiez ce lieu d'intérêt
Lien vers un itinéraire

De plus amples informations

Réponses

Ajouter un commentaire