Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience et la qualité de nos services. En utilisant ce site, vous acceptez notre utilisation des cookies. Plus d'information Cacher

Château de Rolle

Besoin d'un hôtel?

Liens sponsorisés

Itinéraires dans les environs

Curiosités dans les environs

Contenu correspondant

Hôtels tout près

Restaurants tout près

Liens sponsorisés

🔎
Château
Genre d'emplacement: Château
Adresse: Schweiz, Rolle
Nombre de textes: 1
3 stars
Fabriqué par wikipedia.org | Référence File Upload Bot (Magnus Manske) | © CC 3.0
Fabriqué par wikipedia.org | Référence Wikipedia.org | © CC 3.0

Dès 1261 le puissant chevalier Ebal II de Mont (confident du roi d’Angleterre Henri III) et son neveu Ebal III, sires de Mont-le-Grand (Mont-sur-Rolle), envisagent la fondation d’une ville neuve à Rolle, mais le château n’est alors encore qu’un projet. Des analyses dendrochronologiques attestent toutefois que le chantier du novum castrum est en cours en 1264, sous la direction sans doute de Jean Mésot, magister ingeniorum du roi d’Angleterre, qui travaille alors justement en Suisse romande à la fortification de diverses possessions du comte Pierre de Savoie. Le château de Rolle a pu être élevé pour Aymon de Sallenove, parent par alliance des sires de Mont ; ce dernier est en tout cas possesseur du château en 1290. La forteresse est assujettie en 1291 au comte Amédée V de Savoie ; en 1294, Louis de Savoie, baron de Vaud, en assume la suzeraineté, tandis que Jean de Grilly, membre influent du clan savoyard à la cour d’Angleterre, en est alors le propriétaire immédiat. En 1455, la forteresse passe aux Viry, seigneurs de Mont-le-Vieux (Essertines-sur-Rolle) qui procèdent à d’importantes transformations en abaissant notablement l’ensemble des tours et des murs avec création de nouvelles baies-créneaux garnies de grilles épineuses, et en faisant construire la grosse tour carrée côté lac (fin du XVe– début du XVIe siècle). En 1526-1528, le duc Charles de Savoie rachète le château; il le renforce d’artillerie, puis le vend en 1530 à Jean-Amédée de Beaufort. Mais l’édifice est incendié en octobre 1530 déjà par les Confédérés dans le cadre d’une expédition contre les Chevaliers de la Cuiller, puis à nouveau en 1536 lors de la conquête du Pays de Vaud par les Bernois. Désormais, l’histoire du château se confond avec celle de la baronnie de Rolle. En 1558, Jean Steiger acquiert ce domaine, qui reste entre les mains de cette même famille jusqu’à la fin de l’Ancien Régime. Le château subit de très importantes transformations durant le troisième quart du XVIe siècle (reconstruction quasi complète de l’aile sud, création des arcades sur cour, amélioration générale du confort), ainsi qu’en 1588 (charpente). Armoiries de Steiger millésimées 1571, sculptées sur l’entrée du corps de logis oriental. Divers travaux d’aménagement ont encore lieu avant 1658 ; le fossé disparaît avant 1690, remplacé par un jardin et un verger. Côté lac, une tourelle latrine indépendante a été implantée dans l’eau avant 1779. La forteresse est alors devenue un édifice de plaisance et la cour, fermée d’un simple mur, est accessible par un portail en ferronnerie flanqué de deux fontaines ovales (une seule subsiste). Confisqué à la Révolution, dépouillé de ses droits féodaux (archives brûlées en mai 1802 par les Bourla-Papey), le château est acquis par la commune de Rolle en 1798. Elle y installe l’essentiel de ses activités (siège des autorités, écoles, bibliothèque, salles de justice, hôpital et morgue, prisons [reconstruites en 1833 sous la direction d’Henri Perregaux]). Musée rollois au rez-de-chaussée, de 1912 à la Seconde Guerre mondiale. Classé monument historique 1945 et 1959. En 1974, l’administration communale s’installe à la Grand-Rue 44.

Classifiez ce lieu d'intérêt
Lien vers un itinéraire

De plus amples informations

Réponses

Ajouter un commentaire