Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience et la qualité de nos services. En utilisant ce site, vous acceptez notre utilisation des cookies. Plus d'information Cacher

La chapelle de l’Athénée royal

Besoin d'un hôtel?

Liens sponsorisés

Itinéraires dans les environs

Curiosités dans les environs

Contenu correspondant

Hôtels tout près

Restaurants tout près

Liens sponsorisés

🔎
Patrimoine
Genre d'emplacement: Patrimoine
Nombre de textes: 2
3 stars
Fabriqué par Wizpr.guide | Référence Wizpr.guide | © All rights reserved
Fabriqué par Wizpr.guide | © All rights reserved

Partie intégrante de l’Athénée royal Jules Bara, cette chapelle gothique, construite entre 1609 et 1612 dans l’enceinte de l’ancien noviciat des jésuites, cumule pierre bleue, pierre blanche et briques. La nef unique culmine en un chœur au chevet à cinq pans sans l’entremise d’un transept qui n’est simulé que par deux chapelles voûtées d’ogives. Une tour carrée, ajoutée en 1614, occupe l’espace qui sépare la nef et la chapelle occidentale.
La façade, en pierre blanche sur soubassement en pierre calcaire, est dotée d’un portail Renaissance bordé de colonnes jumelées portant des chapiteaux ioniques surmontés d’un entablement richement décoré. Abritée dans une niche flanquée d’ailerons, une Vierge à l’Enfant surmonte à la fois le portail et l’inscription dédicatoire du comte de Renesse, le fondateur de la chapelle. Ce second entablement supporte deux anges tenant un cartouche couronné portant le monogramme IHS. La façade rythmée par des cordons larmiers présente en outre une baie à remplages et quatre panneaux gravés. Rappelant l’élan de la façade, les petits obélisques qui la bordent ne datent pourtant que du milieu du XXe siècle.
L’intérieur de la chapelle est recouvert d’un berceau lambrissé constitué de panneaux carrés. Le tout est orné de liernes et de couvre-joints dont la rencontre est marquée par des éléments en bois tourné.
Classée comme monument le 15 septembre 1936

Classifiez ce lieu d'intérêt
Lien vers un itinéraire

De plus amples informations

Fabriqué par Wizpr.guide | Référence Wizpr.guide | © All rights reserved
Fabriqué par Wizpr.guide | © All rights reserved

Ce vaste ensemble se compose d’un quadrilatère construit dans la première moitié du XVIIe siècle ainsi que d’une chapelle datant de 1609-1612. Le complexe abritait le noviciat des jésuites jusqu’en 1773, date à laquelle ceux-ci sont expulsés. Marie-Thérèse d’Autriche, impératrice du Saint-Empire romain germanique, fait alors don de l’ancien noviciat au chapitre de la cathédrale qui y instaura l’enseignement des humanités. Cette nouvelle fonction nécessita l’agrandissement des bâtiments en 1878, pour conférer à l’ensemble sa physionomie actuelle.
Pratiquement aveugle, la façade de l’aile sud-est est construite en pierre appareillée et est percée d’un portail aux motifs Louis XVI. Côté cour, cette aile montre une galerie, enduite dans sa partie supérieure, composée de treize arcades Renaissance aux colonnes toscanes parfois jumelées. Deux cartouches offrent une chronologie, le premier, datant du XVIIe siècle, en indique la construction et le second, 1881, la restauration. Cette galerie se poursuit à droite par une aile aux baies de style Renaissance jadis à croisée. Face à la galerie, se dresseune aile plus imposante, enduite au XIXe siècle, fort semblable à celle qui referme la cour. Côté rue, cette aile comprend entre autres une porte au décor feuillagé surmontée d’une petite niche à fronton triangulaire. L’ensemble est couvert de toitures en bâtière à croupe percées de lucarnes elles aussi à croupes.
Classé comme monument le 10 mai 1984

Classifiez ce lieu d'intérêt
Lien vers un itinéraire

De plus amples informations

Réponses

Ajouter un commentaire