Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience et la qualité de nos services. En utilisant ce site, vous acceptez notre utilisation des cookies. Plus d'information Cacher

Arlempdes

Besoin d'un hôtel?

Liens sponsorisés

Itinéraires dans les environs

Curiosités dans les environs

Contenu correspondant

Hôtels tout près

Restaurants tout près

Liens sponsorisés

🔎
Village
Genre d'emplacement: Village
Adresse: France, Haute-Loire, 43490, Arlempdes
Nombre de textes: 2
4 stars
Fabriqué par nanard777Référence
Fabriqué par nanard777 | Référence Auvergne tourisme

Aux confins méridionaux du Velay, classé parmi les Plus beaux villages de France, Arlempdes se distingue par son rocher, un dyke basaltique sur lequel se dresse le premier des châteaux de la Loire.

Niché dans une boucle des gorges de la Loire, mais comme suspendu au-dessus du fleuve, Arlempdes joue admirablement de cette ambivalence, à la fois aérien et solidement ancré dans un environnement de forêts de sapin et de coulées de lave. Il se distingue en cela des villages du plateau du Velay, qu’on traverse de part en part avant d’atteindre la fracture créée par la Loire. Perchée sur un dyke basaltique dont la silhouette écorchée prend naissance dans les eaux remuantes du jeune fleuve, le village et les ruines de son château évoquent immanquablement les monastères grecs des Météores – un spectacle fascinant, propre à enflammer l’imagination.

D’ailleurs, le village et ses orgues résonnent de légendes et de mystère, l’occupation du site remontant à l’Antiquité celtique. En ces temps reculés, le rocher d’Arlempdes portait un temple dédié à Lug, mais aussi à Teutatès et à Ésus. Dès cette époque, l’importance stratégique du site est attestée par la présence du camp romain d’Antoune, auquel est liée la légende de la Dame Blanche. Le château date quant à lui des XIIIe et XVIe siècles. Épousant intimement le rocher, ses remparts dominent le fleuve et ses plages de galets d’une centaine de mètres, tandis qu’à l’opposé, sur le versant nord, se blottissent les maisons du village.

Au XVIe siècle, par un jeu d’alliances et de successions, le château entre en possessions de Diane de Poitiers, d’où la présence de ses armes gravées dans un mur du château. Rapidement pourtant, le château tombe en déshérence, si bien qu’il n’en reste aujourd’hui que des ruines, à la notable exception de la chapelle castrale Saint-Jacques (XIIe siècle). Adossé au vide, ce petit édifice tranche par son appareillage de pierres rouges et par l’austérité minérale de sa décoration. À l’entrée du village, la poterne, ancienne porte de l’enceinte externe du château, daterait de 1066 ; elle permet d’accéder à l’église Saint-Pierre, un édifice roman du XIIe siècle (entièrement restauré en 2003), caractérisé par son clocher à peigne et son portail à quatre colonnes, face auquel se dresse une superbe croix historiée du XVe siècle. Pour le reste, le village ne compte qu’une poignée de maisons typiques du Velay, qu’on découvre en se tordant les pieds sur les ruelles pavées de galets de la Loire. En suivant la pente, on accède jusqu’au château, ainsi qu’au point de vue qu’il offre sur le paysage chaotique des gorges de la Loire.

Linked themes: Châteaux

Classifiez ce lieu d'intérêt
Lien vers un itinéraire

Fabriqué par iubito

montée sur 4km (> 5%) après Arlempdes

Classifiez ce lieu d'intérêt
Lien vers un itinéraire

Réponses

Ajouter un commentaire