Wikipedia

Wikipedia

AccueilItinérairesLieux d'intérêt

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience et la qualité de nos services. En utilisant ce site, vous acceptez notre utilisation des cookies. Plus d'informations Cacher

Église Notre-Dame-de-la-Basse-Œuvre de Beauvais

Publicités

Eglise

FR |

Public | AnglaisItalien

Source: Chatsam

Droit d'auteur: CC 3.0

L'église Notre-Dame-de-la-Basse-Œuvre de Beauvais est une église catholique paroissiale située au pied de la cathédrale Saint-Pierre de Beauvais. Elle représente la partie antérieure de la précédente cathédrale de Beauvais, qui a été édifié à la fin du Xe siècle dans le style carolingien. Son petit appareil cubique s'explique par le réemploi de pierres provenant de bâtiments détruits pendant le saccage de Beauvais au IIIe siècle. Après deux incendies, la façade est rebâtie au milieu du XIe siècle, et annonce déjà le style roman à venir. Les dimensions exceptionnelles du transept de la cathédrale Saint-Pierre, appelée la Haute-Œuvre ou Nouvelle-Œuvre à l'époque de sa construction, font apparaître la Basse-Œuvre comme un édifice très modeste, mais avec une hauteur intérieure de 19 m et une largeur de 65 m, c'était une église considérable au milieu du Moyen Âge. Elle a été rognée à trois reprises. Au début du XIIIe siècle, l'incendie du chœur motive le lancement du chantier de la cathédrale gothique vers 1225, et un mur de clôture est établie entre les piles occidentales du transept. Trois siècles plus tard, en 1510, le vaste chantier du transept gothique flamboyant conduit à l'abandon des trois dernières des neuf travées de la nef. Autour de 1600 enfin, deux énormes contreforts sont édifiés à l'ouest de la seule travée de la nef flamboyante jamais construite, et l'un d'eux coupe en deux la cinquième et la sixième travée de la Basse-Œuvre. Elle est désormais réduite à trois travées et demi. Sous l'Ancien Régime, l'église continue de servir d'église paroissiale et de baptistère, mais elle est fermée au culte sous la Révolution française et transformée en dépôt de bois. Menacée de démolition, elle est sauvée par son classement au titre des monuments historiques par la liste de 1840, mais n'est restaurée qu'entre 1864 et 1867 pour enfin être rouverte au culte. Aujourd'hui, l'intérieur de la Basse-Œuvre est très austère, mais les fouilles conduites par Émile Chami entre 1964 et 1985 ont démontré l'extraordinaire richesse de l'ornementation au Moyen Âge : peintures murales, mosaïques et vitraux en grisaille. Seul le chœur comportait cependant un décor sculpté. Les fouilles ont également permis de connaître l'extension primitive de la cathédrale carolingienne , et d'apprécier des détails de son architecture que l'exhaussement du sol avait fait disparaître.
La chapelle dont les fondations ont été dégagées au sud de la Basse-Œuvre n'est mentionnée dans aucun texte, et l'on ignore à quel saint patron elle fut dédiée. Ce fut l'un des sanctuaires de la cité épiscopale, qui existe dès l'époque carolingienne. La première cathédrale de Beauvais dont l'existence est démontrée par des constats archéologiques remonte seulement à l'époque carolingienne et plus concrètement au VIIIe ou au IXe siècle. C'est sans doute en son sein que se tient le concile de Beauvais en avril 845. L'on en a d'abord retrouvé un fragment de vitrail en grisaille, peint d'une frise de feuille d'acanthe stylisée, provenant sans doute d'une bordure. Puis les fondations des absidioles qui flanquaient l'abside principale ont été mises au jour en dessous du sol des bas-côtés de l'église actuelle. L'abside principale n'a pas été reconnue. La largeur de la précédente église était identique, mais sa longueur devait être beaucoup moins importante, entre 45 m et 50 m environ. Le plus ancien texte qui mentionne le vocable de l'église est le Martyrologe Belvacense d'Usuard, qui date de la fin du XIe siècle, et qui se trouve aujourd'hui au château de Beaurepaire . Le manuscrit évoque une basilique dédiée à la Vierge Marie et saint Jean-Baptiste. Le titre de Saint Pierre n'y figure curieusement pas, bien que tous les auteurs anciens le mentionnent comme vocable principal. La dédicace a Saint-Pierre est en outre prouvée par l'acte de donation d'un certain Fredemius de 923, et les récits sur la translation des reliques de saint Germer vers l'église Saint-Pierre, en 940. L'on ignore pour quelles raisons précises la cathédrale qui existe à cette époque est remplacée par un nouvel édifice au cours de la seconde moitié du Xe siècle,.

Source: Wikipedia.org

Droit d'auteur: CC 3.0

Plus d'informations

Adresse

Picardie
France

Plus sur ce lieu d'intérêt

Itinéraires à proximité

Canaux similaires

Publicités

© 2006-2018 RouteYou - www.routeyou.com