Willem Vandenameele

Willem Vandenameele

AccueilItinérairesLieux d'intérêt

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience et la qualité de nos services. En utilisant ce site, vous acceptez notre utilisation des cookies. Plus d'informations Cacher

Tunnel des abbanets

Publicités

Tunnel

BE |

Public | AnglaisNéerlandais

Peu après avoir quitté la gare de Nismes, nous apercevons de très impressionnants bâtiments industriels. Il s'agit d'une ancienne tannerie (tannerie Houben). Nous sommes au pied de la Roche à Lomme.
La tannerie, dont les bâtiments sont en cours de restauration (il est prévu de faire 16 appartements dedans) a connu son apogée au cours du XIX ème siècle. Le tannin était, à l'époque, extrait de l'écorce des chênes, nombreux dans la région.

En ce qui concerne la « Roche à Lomme », parfois également orthographiée « Roche à l'Homme » l'on pourrait penser à une légende relative à un cavalier tombé de sa monture. Il n'en est rien, la roche ainsi dénommée était en fait la borne sud du « Pagus Lommensis ». Ce pays de Lomme a pris de nom de la rivière du même nom, affluent de la Lesse. La Lomme constituait la frontière Nord Est de ce « pays ».

Du haut de la Roche à Lomme nous avons une vue magnifique sur la région. Ce sommet, actuellement surmonté d'une croix a été occupé dès le néolithique. Une tour carrée, d'origine romaine a longtemps surplombé le site. Une garnison romaine a occupé le site, permettant la surveillance de la route partant de Saint Quentin et traversant l'entre Sambre et Meuse.

Peu après la tannerie, le chemin de fer s'engouffre dans le tunnel des Abannets, long de près de 500 mètres. Le Viroin contourne le bloc rocheux et retrouve la voie ferrée à la sortie.

Le nom « Abannets » dérive du mot tombé en désuétude « abannir », interdire. Un édit du Prince Evèque de Liège interdisait de laisser paître le bétail dans cette zone truffée de trous. Un des « Abannets » les plus connus est le Fondry aux Chiens.

Peu après le tunnel, nous apercevons à notre gauche une importante carrière. Les exploitations destinées à extraire schiste, grès ou calcaire sont nombreuses dans la région. La plupart des maisons de la région sont construites en pierre du pays, grise et parfois rose. Nombreuses furent les carrières exploitées, pour la construction d'habitation locales.

Un deuxième tunnel à Nismes?
Ce projet a bel et bien existé et a même connu un début d'exécution.
N'oublions pas que les travaux de dédoublement de la voie (voir Senzeille) n'ont pas dépassé la gare de Nismes, pour raison de guerre, mais aussi à cause de l'obstacle naturel des Abannets. Comme il n'était pas question d'élargir le tunnel originel on opta pour la même solution qu'à Senzeille: creuser un nouveau tunnel, à double voie.
Les travaux débutèrent par le creusement d'une galerie de reconnaissance de 1,4 m de haut et 1,2 m de large. Et ensuite on en resta là. L'ouverture est toujours visible de nos jours, à une bonne vingtaine de mètres du tunnel originel, côté Nismes. Selon les érudits la longueur exacte serait d'une centaine de mètres, mais il n'est plus possible de le vérifier depuis que la Région Wallonne y a placé une solide grille afin de protéger les chauves-souris qui y logent.

Adresse

Belgique

Plus sur ce lieu d'intérêt

Itinéraires à proximité

Canaux similaires

Publicités

© 2006-2018 RouteYou - www.routeyou.com